Kimchi hivernal

Avez-vous déjà entendu parler du kimchi ? Ce mets traditionnel coréen composé de piment et de légumes fermentés à base de chou ? Si vous n’y avez encore jamais goûté, sachez que c’est sans doute l’un des mets les plus sains de la planète ! Et c’est l’une des raisons pour lesquelles les coréens en consomment autant !

Il y a probablement autant de recettes de kimchi qu’il y a de coréens. Chaque famille détient sa propre recette et la garde très précieusement. On peut néanmoins différencier deux sortes de kimchi. Celui hivernal préparé longuement à l’avance et celui des autres saisons préparé au gré des besoins.

Symbole par excellence de la cuisine coréenne, le kimchi se trouve sur chaque table et à chaque repas, en guise de condiment. Mais il peut également servir d’accompagnement dans des plats tels que le jjigae (ragoût) et le bokkeumbap (riz frit).

Celui que je vous présente ici n’est autre que le kimchi hivernal, réalisé à partir de chou chinois et de radis blanc. Il peut très bien se consommer seul ou bien  se marier à du riz ou à des nouilles. Il apporte également une touche surprenante à des pancakes salés.

Le temps de préparation étant assez long, mieux vaut éviter de ne pas brûler les différentes étapes pour profiter pleinement de son goût si particulier. Le chou doit être fermenté et ceci doit prendre deux jours au réfrigérateur. Et ne faites surtout pas la même erreur que moi. Ne goûtez pas à la préparation avant la fin de la fermentation. Vous pourriez avoir de mauvaises surprises !

Kimchi hivernal

Ingrédients pour 8 parts :

  • 1 chou chinois
  • 30 g de sel Herbamare
  • 200 g de radis blanc
  • 10 g de farine de riz gluant
  • 125 ml d’eau
  • 45 g de poudre de piment coréen
  • 60 ml de shōyu (Lima)
  • 20 ml de sirop d’agave (Jean Hervé)
  • 1 oignon
  • 5 gousses d’ail
  • 30 g de gingembre frais

Préparation :

Couper le chou en deux dans le sens de la longueur, puis chaque moitié en deux toujours dans le sens de la longueur.

Plonger chaque quartier de chou dans une grande bassine d’eau, puis rincer.

Après avoir bien essoré chaque quartier, prendre l’une après l’autre chaque feuille de chou sans les détacher, puis les imbiber de sel herbamare.

Déposer chaque quartier dans la bassine d’eau vidée et laisser reposer cinq à six heures.

Après avoir laissé poser, rincer chaque quartier à l’eau claire, puis les essorer le plus possible. Laisser poser de nouveau une trentaine de minutes.

Pendant ce temps, découper le radis blanc en rondelles de deux centimètres d’épaisseur, puis chaque rondelle en cubes. Réserver.

Découper l’oignon en lamelles, le gingembre en rondelles et les gousses d’ail en petits dés. Réserver.

Diluer la farine de riz gluant dans l’eau, puis verser le mélange dans une casserole. Porter à ébullition tout en mélangeant continuellement la préparation. Lorsque la sauce commence à épaissir et devient collante, ôter du feu et laisser refroidir. Réserver.

Verser les rondelles de radis blanc dans un blender, ajouter l’oignon, le gingembre et les gousses d’ail découpés, puis mixer le tout pendant quelques minutes. Ajouter la poudre de piment, le shōyu, le sirop d’agave et verser la pâte de riz gluant. Mixer de nouveau quelques minutes et verser la préparation dans un récipient. Réserver.

Badigeonner chaque feuille de quartier de chou de la pâte d’épices.

Déposer les quartiers de chou badigeonnés dans un grand récipient hermétique fermé, en veillant bien à les tasser. Puis, mettre le récipient au réfrigérateur pendant deux jours.

Lorsque les deux jours se sont écoulés, sortir les quartiers de chou de leur récipient, puis les découper en deux dans le sens de la largeur.

Servir seul ou marié à du riz ou à des nouilles.

Le kimchi peut se garder plusieurs semaines au réfrigérateur.

18 réponses à to “Kimchi hivernal”

  • denise:

    merci pour cette recette totale découverte !!!! <3

  • J’adore découvrir des plats coréens, merci! Le chou fermenté me dit bien et cette recette à l’air fantastique!

  • Ah le kimchi ! ♥
    C’est en effet le « plat » coréen par excellence, tout un symbole de la Corée !

    Ce qu’il faut préciser, c’est que le kimchi est ultra-pimenté. Une fois, j’en ai mangé du « vrai », importé de Corée, ça réveille ^^ »

    Ceci dit, je n’en ai jamais fait moi-même, j’ai bien envie d’essayer !!

    [Et je vais répondre très rapidement à ton dernier mail ..!]

    => Et c’est pour cela que j’ai précisé qu’il ne fallait pas goûter la préparation avant la fin de la fermentation, car c’est en effet très pimenté !

  • Je suis folle du kimchi :P J’en fais assez régulìèrement, mais sans l’étape de farine de riz gluant. La prochaine fois, il faudrait que j’essaie cette version qui me semble plus authentique, surtout que j’ai enfin trouvé les vrai piment coréen! Miam!
    Je me demandais par contre, j’ai peut-être mal lu, mais je n’ai pas vu de temps de fermentation à température de la pièce?
    Merci!

    => Il faut laisser reposer le chou six heures à température ambiante, puis deux journées enfermé dans un récipient au réfrigérateur.

  • Hummm.. ça l’air excellent. C’est incroyable ce que peut nous offrir la gastronomie asiatique en général. Moi aussi je suis une fan absolue!

  • Merci beaucoup pour la réponse!!! Trop hâte d’essayer cette version ♥

  • je ne connaissais point mais j’en raffole déjà !!!! :) bises

  • J’adore le kimchee, mais je pensais que ça devait mariner pendant des semaines, alors 2-3 petites journées, c’est rien du tout ! Merci – dès que je trouve du chou chinois, je vais tester.

  • Sonia:

    Comme toutes tes recettes, celle ci as l’air excellente, mais j’ai déménagé en Ardèche et j’espère trouver tous les ingrédients.
    Merci encore pour tout ce que tu propose.

  • tiens il faudrait que je trouve un choux chinois …
    si c’est hyper pimenté ça devrait me plaire …
    surtout que c’est plus rapide que les légumes lacto-fermentés…

  • Même à la fin de la fermentation, même « terminé », le kimchi reste très fort normalement. Comme beaucoup des « banchan », accompagnements coréens =)

    => Il reste en effet très fort, mais il faut aimer les plats épicés pour apprécier le kimchi, non ? ;)

  • Je n’y ai jamais gouté mais il faut que j’avoue mon ignorance en matière de cuisine corréenne. J’en suis restée à l’idée des barbecues corréen, et il n’y a pas de restos de ce genre par ici.

  • Ça doit être un vrai voyage de saveurs… Merci d’avoir partagé cette belle recette !

  • Je dirais que, globalement, il fait aimer les plats épicés pour apprécier la cuisine coréenne ;)

  • labiomumu:

    j’adoore le kimchi!!!etant donné que j’affectionne ce qui est epicé et pimenté meme très pimenté..question d’habitude et d’entrainement!!!il faut que je fasse ce kimchi !!merci de la recette !!

  • coucou du jeudi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! bises miss !!!!! :)

  • J’en mange régulièrement dans un petit resto japonais qui fait de la cuisine traditionnelle rue des Petits champs à Paris.
    Ma fille qui ne cuisine que japonais, va m’en faire un à Noël, elle va faire un curry et un sans viande pour moi, avec du Kimchi pour remplacer…
    Je vais piquer ta recette et l’essayer.
    Merci ♪

  • Je n’avais jamais entendu parler de ce plat…
    ça a l’air bon et fort.
    Une longue préparation cependant, aurais-je le courage :) ))

Laisser un commentaire