Mon ami le nattô !

Après le tofu, le tempeh et le seitan, je vous présente mon ami fidèle le nattô ! Le quoi ? Le nattô ! Mais qu’est-elle encore allée nous dénicher ces derniers jours me direz-vous ?

C’est en revenant hier des soldes que j’ai décidé de m’arrêter au magasin japonais Kioko rue des Petits Champs, à deux pas d’Opéra. Si vous ne connaissez pas encore Kioko, c’est l’endroit incontournable à Paris lorsque l’on est un inconditionnel de la cuisine nippone comme moi. Vous y trouverez une multitude de produits en provenance du soleil levant  et en l’occurence du nattô.

Le nattô est un aliment traditionnel japonais fabriqué à partir de graines de soja que l’on fait bouillir et auxquels on adjoint une bactérie qui va provoquer une fermentation. Après quelques heures de repos, on obtient du nattô. Il est souvent servi sur du riz, dans des soupes au miso, avec les légumes ou tout simplement dans une feuille de nori. Les japonais le dégustent aussi bien au petit déjeuner qu’au dîner et en raffolent pour sa richesse en protéines et son effet bénéfique sur la flore intestinale.

A ma plus grande déception, le nattô n’est non seulement pas très connu de nous autres français, mais il est également boudé pour son odeur très forte de vieux fromage datant de plusieurs mois ainsi que par sa texture gluante résultant du processus de fermentation. Ca vous rappelle quelque chose ? ;) Mais si, « Les bronzés font du ski » bien-sûr ! Souvenez-vous, lorsque le groupe s’égare en montagne et se retrouve invité chez de vieux montagnards le soir du réveillon, et se voient contraints de déguster le célébre mélange de vieux fromages macérés pendant trois saisons dans du gras avec des couennes sur une large tranche de pain rassis, le tout accompagné d’une liqueur d’échalotes relevée à l’ail dans laquelle trempe un crapaud. Ca vous rappelle quelque chose ? ;)

Bon, eh ! bien! Lorsque les japonais évoquent le nattô aux français, c’est comme s’ils présentaient ce vieux fromage immonde que l’on retrouve dans les bronzés. Et pourtant ! Vous ne savez pas ce que vous manquez ! Le nattô a beau avoir une forte odeur lorsqu’on le sort de son emballage, il reste délicieux sur du riz gluant ! A l’instar des japonais, je ne pourrais le consommer au lever !

Il faut également savoir qu’un nattô réussit dépend de la manière dont on l’a préparé. En effet, tout résulte dans la technique ! A la sortie de l’emballage, il faut remuer énergétiquement avec ses baguettes entre une à deux minutes pour obtenir un mélange très mousseux. Ensuite, les japonais ont coutume de l’accomoder de sauce soja et de moutarde. Mais pour ma part, je laisse les deux petits sachets car ils contiennent du sucre. A la place, j’utilise la sauce Shoyu de chez Lima et me passe volontiers de moutarde puisque je n’en ai jamais été très friand.

La petite nouveauté dans le nattô que je viens d’acheter est qu’il est bio ! Oui, vous avez bien entendu et comme je ne sais pas lire le japonais, j’ai fait confiance au vendeur qui me l’a attesté ! Cependant, la boîte verte, contrairement aux autres qui étaient rouges ou oranges, m’a fait comprendre que cela l’était sûrement !

J’ai fait goûté pour la toute première fois du nattô à Thibaud et vous savez quoi ? Il a adoré ! Alors, il serait dommage que vous passiez à côté de cet aliment si populaire au Japon sous prétexte que son aspect vous effraie !

3 boîtes de 50 g de nattô bio, Kioko, 3€20

17 réponses à to “Mon ami le nattô !”

  • Mouais, bizarre le nattô :(
    Pas très envie de tester, puis si ça pue, encore moins, mais je suppose que si tu en mange, c’est que c’est bon hein :D

    C’est bio en plus ? Bah dis donc…et il n’y a pas une étiquette en français pour voir la compo ?
    Dommage qu’ils ne mettent pas un logo bio…
    J’étais loin de penser qu’un produit Jap’ pouvait être bio !

  • Stef:

    si si c’est excellent le natto! je l’ai découvert au Japon, et je dois dire qu’au début j’avais du mal…mais ensuite, j’ai trouvé celui qui me convenait et j’en mangeais 3 fois par jour!
    dommage je suis en province je n’en trouve pas ici, mais il est possible d’en commander sur le site « natto du dragon »

    => Je pense que tu peux également en commander sur le site de Kioko.

  • Je ne suis pas fan de la cuisine japonaise, donc il y a peu de chances que je tombe sur cet ingrédient. Mais si c’est le cas, j’y goûterai, par curiosité. J’avoue que je trouve cette cuisine vraiment trop éloignée de mes goûts.

  • Clem:

    J’ai découvert le natto chez Cléa l’an dernier et j’ai couru chez Kioko en acheter! Moi qui aime le miso, le tofu et toutes ces japonaiseries, le natto je n’ai pas pu, pourtant je raffole du riz au petit dej’… Cela dit, c’est tellement plein de bonnes choses que je sens que je vais re essayer dans pas longtemps ;-)

    => Tu peux l’assaisonner de différentes façons. De cette manière, je suis persuadée que tu trouveras la préparation qui te convient le mieux pour l’apprécier !

  • zoé:

    Euh…des idées où je peux trouver ça à Varsovie? Sans rire…une idée de comment on peut faire ça chez soi? C’est pas que je sois gourde mais, les magasins asiatiques j’en ai trouvé peu surtout parce que je n’arrive pas à faire des recherches sur internet je suppose. (les gens que je côtoie mange local)

  • bon, à 400 km de Paris, en pleine cambrousse, je n’en croiserais jamais, mais bio veux dire sans OGM, et ça c’est vraiment une bonne chose, le tofu soyeux en tétrabkick d’origine japonaise était lui OGM !
    mais j’aimerais bien gouter, pire que la boulette d’avesne, à vue de nez???

  • Je ne connaissais pas avant cet été, quand une autre Julie (tiens donc ^^) m’en a parlé, m’a expliqué ce que c’était, avec les mêmes remarques que toi concernant l’odeur, la texture et le côté « vieux fromage moisi ». Dis comme ça, c’est sûr, ça ne donne pas vachement envie ^^° MAIS moi je suis un peu fofolle, j’ai le goût du risque et qui plus est, je vais sûrement à Paris en février donc … le natto bio, pourquoi pas ? ^^

    => Si tu passes sur Paris, n’hésite pas à me passer un petit coup de fil ;)

  • (hey lili xD oué c’est moi la Julie qui lui ai expliqué ^^)
    Le nattô c’est mon p’tit plaisir secret
    Malheureusement j’habite montpellier et ici pas moyen d’en trouver :’( Du coup à chaque passage à Paris j’en prend, mais congelé c’est quand même chiant et délicat avec le train.
    J’en raffole à me damner… C’est vraiment trop inzuste ! :’( ^^
    Moi aussi je monterais sur paname en février, ça commence à être long 2 mois sans pouvoir m’en préparer un bon plat

    En tout cas j’aime beaucoup ton blog ;) adresse ajoutée à la liste :D

  • Vraiment, ça donne envie d’essayer. Avec un peu (beaucoup) de chance, je devrais en trouver à ma coop bio.
    merci :)

    => Je doute fort que tu en trouves en magasin bio. Cependant, tu peux toujours en commander sur le lien que j’ai donné.

  • Bonjour! :) ..Haa, le nattô! J’adore ça :D ! Il ne m’as fallu que quelques jours pour adorer le nattô :D ! .. Pour m’en procurer, je vais au Tagawa, à Bruxelles, qui est à une heure de chez moi.. C’est pas tant que ça, mais je n’y vais pas très souvent, car mon père n’as pas souvent le temps, et je n’ai pas de permis (de toute façon, je me vois mal conduire dans Bruxelles..), et ma mère n’ose pas se rendre à Bruxelles non plus (c’est un vrai labyrinthe).. Sinon, j’y retourne dans quelques jours, et j’ai hâte, car le nattô me manque ^^. Et j’aimerais aussi me rendre dans une autre épiceries qui vends non seulement des produits japonais mais aussi coréen, pour goûter le fameux Kimchi :) . Sur ce bonne journée/soirée. Bisoux de Belgique :) XxXxX

  • et c’est possible d’en fabriquer soi-même à partir de soja jaune?

  • Et l’avantage supplémentaire du Nattô d’un point de vue nutritionnel, c’est que c’est la plus riche source de vitamine K2 connu. Donc, les effets sont attestés pour toutes les maladies cardiovasculaires, les varices, l’athérosclérose, la démence, la sénilité, l’angor, les infarctus (cf. les travaux de Dr. Hiroyuki Sumi dans les 80ies quand il était à l’université de Chicago).

    O ‘Hi chi desu

  • Roland:

    J’habite le Sud de la France et je me procure le Natto que je commande par correspondance
    à « Natto du Dragon » qui se situe à Draguignan
    dans le Var.C »est une petite entreprise familiale
    qui le fabrique dans un petit labo avec du soja français bio (sans OGM).

  • [...] vous avais déjà présenté cet étrange aliment qu’est le nattô ! Pourtant, à ma plus grande déception, il est très peu recherché par nous autres, [...]

  • J’ai trouvé du natto à Bordeaux ! :D Enfin … Pessac même.

    Surgelé, 3 barquettes, donc j’en ai mise une au frais pour goûter. Je vais tester ce soir avec du riz, en suivant bien ton « mode d’emploi » ^^

    J’ai aussi acheté du kimchi héhé !

  • Olga:

    Cette semaine j’ai enfin trouvé du nattô et quand j’ai ouvert la boîte, j’ai cru qu’il avait sérieusement moisi, ce qui m’étonnait puisque je venais de l’acheter ! Donc je me suis renseignée sur internet, où j’ai vu que cette texture était en fait normale…
    J’ai eu du mal à l’engloutir cette 1ère fois avec mes nouilles au riz mais je vais refaire un essai, on s’habitue à tout. C’est censé être très bon pour la santé du cerveau, aussi. (cf. Dr Shigeo Haruyama)
    En tout cas 3 boîtes de Nattô BIO pour 3,20€, c’est vraiment un bon prix :) Moi j’ai payé £3 pour 4 boîtes non bio…

    En réponse à Azalaïs, je doute que ce soit facile d’en fabriquer si facilement puisque cet aspect vient d’une bactérie spéciale nécessaire à la fermentation.

  • Helloww! Haha, j’avais déjà posté apparament! Heureusement, depuis, j’ai déjà pu aller plusieurs fois à Bruxelles (Ixelles, plus précisemment) me procurer non seulement du nattô, mais aussi des daifuku (c’est trop bon) et d’autre produits.
    Les daifuku sont des pâtisseries à la pâte de riz et haricot rouge, mon pôte et moi on adore ça ^^! En effet, on va souvent à deux en train, c’est super cool, on passe toujours une chouette journée.
    On démarre le matin, à midi on mange japonais (ou coréen, le bibimbap, vous conaissez? C’est un plat coréen trop trop bon que vous devriez essayer!), puis on se rend à l’épicerie Tagawa où on prends un peu de tout : sushis (parfois), sashimi (parfois), daifuku, bentô (pour le retour lol), saké doux (pas tout l’temps), gourmandises, souvenirs (mini maneki-neko en terre cuite tout mimi (avec des kanji dessus) de différente couleur qui ont chacun leur domaine de protection (j’adore ça, j’vais faire collection, sont trop beau lol) etc. Côté resto, nous nous rendons soit au Izakaya (cuisine jap), au Hana (cuisine jap et coréenne) ou au Seoul (cuisine coréenne) qui sont tout les trois de très bon resto, vous pouvez y aller sans prob. Friendly

Laisser un commentaire