Les indétrônables « pâtes au grugru » !

Je dédie cet article à mon cher papa, le « roi » des pâtes au gruyère ! Et à ma pauvre maman, qui ne put rien d’autre cuisiner le soir pendant de très longues années…




Si l’on m’avait dit un jour que je pourrai de nouveau remanger des « pâtes au grugru », je ne vous aurais sûrement pas cru !

Mais avant toute chose, laissez-moi donc vous conter leur histoire…

Les pâtes au gruyère est une histoire de famille, qui remonte à la vie estudiantine de mon père. Comme tout bon étudiant, la cuisine n’était pas son fort et il n’avait d’autant plus pas le temps qu’il devait jongler entre deux emplois pendant toutes ses années universitaires de faculté de médecine !

Installé dans un petit deux pièces qu’il partageait avec un coloc’, mon père passait ses nuits à travailler sur ses cours. Autant dire qu’il n’avait ni le temps ni l’envie de s’attarder en cuisine… Et bien souvent, son plat se terminait à la casserole posé sur un des livres qu’il bachotait !

Son plat préféré ? Les pâtes au gruyère ! Simple, rapide, il se faisait un malin plaisir à s’ingurgiter, tous les soirs, une montagne de pâtes mélangées au beurre et gruyère fondu ! Au fil des années, sa technique s’est nettement améliorée ! Et lorsqu’il rencontra ma mère pour la toute première fois – elle-même étudiante en musicologie – c’est tout simplement qu’il la séduisît avec ce qu’il savait cuisiner le mieux !

Le doctorat en « poche » et une femme au ventre bien rond, mon père commença sa carrière dans un tout petit village au fin fond de la Champagne. Travailleur acharné, ce n’est que très tard dans la soirée qu’il rentrait pour s’occuper des siens. En tant que père d’un seul enfant, il lui était inconcevable de ne pas voir sa progéniture grandir. Et c’est à coups de persuasion qu’il convainquît ma mère de me laisser veiller jusqu’à ce qu’il soit rentré ! Bien-sûr, je n’avais pas mangé ! C’est donc logiquement que ma mère faisait cuire des pâtes pour ne pas me coucher trop tard.

Les années passèrent et le nom de « pâtes au gruyère » se tranforma très vite en « pâtes au grugru » dans notre vocabulaire. Tous les soirs, à l’heure du repas, ma maman me posait toujours la même et éternelle question :

« Tu veux manger quoi ce soir? »

- Des pâtes au grugru !

Et si elle avait le malheur de vouloir faire autre chose, voici ce que mon père et moi lui répondions :

« On mange pas des pâtes? »

…………….. Long soupir de ma mère…………….

- Encore ?

« Ben oui ! Encore ! »

Et c’était tous les soirs le même rituel !

A la maison, nous restions fidèles à nos très chères « Lustucru », jusqu’à ce que débarque un beau jour dans les rayons de notre supermarché la marque italienne « Barilla » et là… Ce fut la révélation ! – Le début d’un très long supplice pour ma maman ! – Pour parvenir à conquérir le marché français, l’industrie italienne avait judicieusement proposé sur ses paquets de collectionner des points afin de recevoir toute une panoplie de service de table en porcelaine blanche à l’effigie de la très célèbre marque !

Les paris étaient lancés et mon père et moi devions absolument parvenir à recevoir toute la collection au plus vite ! – Difficile lorsque l’on n’est que trois ! – Nous qui, habituellement, nous contentions de simples torsades (mes préférées !), nous voici devoir acheter des quantités astronomiques de paquets de pâtes « Barilla » de différentes sortes : spaghettis, tagliatelles, pennes, farfalles, orecchiettes, macaronis, nouilles, lasagnes, coquilles, cannellonis, rigatonis, tortiglionis, caserecces, cellentanis, vermicelles, cheveux d’ange… C’est que « Barilla » avait très bien calculé son coup et que chaque variété de pâtes avait un nombre de points différents !

Je crois qu’il nous fallut près de six mois pour recevoir toute la collection d’assiettes, couverts et plats… Et aussi étrange que cela puisse paraître, ce challenge entre mon père et moi ne m’a absolument pas dégoûté des pâtes au gruyère… Bien au contraire !

Adolescente puis étudiante, je n’ai pas manqué de perpétuer la tradition. Et c’est avec bienveillance que chaque soir, je veillais à me faire cuire des pâtes au gruyère ! – Plat que j’ai appris à faire en tout premier lorsque j’ai commencé à voler de mes propres ailes ! – Je revois encore mon père venir me préparer des pâtes la veille de mon examen d’économie lors de la semaine du baccalauréat ! C’était un moment à nous… Le plat qui réconfortait quel qu’en soit l’évènement…  En somme, le plat de toute une vie !

C’est alors que mon allergie aux protéines de lait s’abattit sur ma tête comme une épée de Damoclès. Adieu pâtes de mon enfance ! Pâtes qui m’avaient tant réconfortée pendant les coups durs, mais qui avaient également scellé une profonde tendresse entre mon père et moi. J’allais dorénavant devoir vivre sans…

Plaisir Végétal naquit… Et bien qu’ayant testé, à de nombreuses reprises, différents fromages vegan dont ceux de « Vegusto », aucun d’entre eux ne refaisait des fils tout comme l’aurait fait du véritable gruyère fondu…

C’est alors que j’entendis parler – courant 2009 – du fromage vegan américain « Daiya » ! Une véritable révolution dans le monde vegan ! Ce fromage ferait des fils parait-il ! J’essaie d’en commander sur tous les sites vegan que je connaisse… En vain… La douane américaine refuse catégoriquement d’exporter du « faux fromage » de son territoire… Et alors qu’une lueur d’espoir de remanger un jour des « pâtes au grugru » grandissait en moi, tout s’effondra d’un coup tel un château de cartes ! Il m’aura donc fallu attendre mon départ pour les Etats-Unis pour pouvoir enfin acheter le « gruyère végétal » tant espéré !



Nombre de blogs culinaires vegan américains ont utilisé le Daiya Cheese dans les pizzas, Mac&Cheese et autres mets traditionnels Outre-Atlantique. C’est donc tout naturellement qu’une fois en main, j’ai décidé d’utiliser le « gruyère végétal » Daiya pour reproduire l’un de mes plats favoris ! Mon choix s’est d’ailleurs porté sur le Mozzarella Style Shreds pour reproduire à l’identique les indétrônables (j’aurais dit par le passé « irremplaçables ») « pâtes au grugru » !

Pour réussir les pâtes au gruyère, tout réside dans l’art et la manière ! Je ne vous parle pas ici de simples pâtes auxquelles on a rajouté du gruyère par-dessus ! Non ! Tout est une question de dosage et de technique ! Il faut tout d’abord faire cuire les pâtes al dente (pas plus de 8 minutes !), les égoutter, ajouter du beurre dans la casserole, le laisser fondre lentement à feu doux pour qu’il ne brunisse pas… Puis ajouter les pâtes cuites, bien mélanger à l’aide d’une fourchette ou d’une cuillère en bois, et incorporer progressivement le gruyère râpé. Mais attention à ne pas mettre tout en une seule fois pour éviter l’effet d’une boule de fromage ! Il faut que le gruyère s’imprègne de toutes les pâtes !

Mon père avait l’habitude de faire les pâtes au gruyère avec une fourchette ! Ainsi, après avoir soigneusement laissé fondre le gruyère râpé dans ses pâtes, sa fourchette s’enrobait tout naturellement de fromage fondu ! Et nous nous battions à chaque fois pour savoir lequel d’entre nous deux aurait le privilège d’utiliser la fourchette enrobée de gruyère dans son assiette ! D’où le fait de reproduire la même technique ici !

J’ai utilisé de l’huile de coco en remplacement de la margarine. A l’état solide, l’huile de coco fond comme du beurre. Quant aux pâtes, j’ai fait appel à une marque canadienne qui propose une grande variété de pâtes bio sans gluten, à base de farine de riz complet ! Pour ne pas déroger à la règle, la variété n’est autre que des torsades !

J’appréhendais grandement ce moment… Le fromage végétal Daiya avait été un franc succès auprès du monde vegan dans de nombreuses recettes américaines. Or, il n’avait encore jamais été testé dans la gastronomie française. Et je craignais fortement qu’il ne puisse faire des fils, tout comme je l’avais espéré !

Pourtant, le « fromage » Daiya fait bien des fils tout comme le gruyère ! Une fois versé sur les pâtes chaudes imprégnées d’huile de coco, le Mozzarella Style Shreds fond au fur et à mesure que l’on le mélange au reste de la préparation ! De magnifiques fils se forment alors au contact des pâtes, enrobant la fourchette d’un incroyable fromage fondu ! Et détrompez-vous, les fils continuent à se façonner autour de la fourchette ainsi que dans le plat, même après avoir refroidi !

Le Mozzarella Style Shreds, une fois fondu, a un goût prononcé similaire à celui d’un Cheddar. Il reste néanmoins assez doux dans sa saveur, ce qui en fait un remplaçant idéal au gruyère ! Son parfum s’harmonise divinement bien aux pâtes. Si bien qu’à peine les pâtes versées dans mon assiette, je dévorais déjà ! Et non parce que j’avais faim, mais parce que ces « pâtes au grugru » par leur saveur et leur texture, m’ont rappelé un nombre indéfinissable de souvenirs, entremêlés de joie et d’amertume. Quelle ne fut pas ma joie de redécouvrir les pâtes qui avaient bercé toute mon enfance ! Et vous pouvez me croire sur parole lorsque je vous affirme cela, car s’il y a bien un parfum que je n’ai jamais oublié depuis que je suis vegan, c’est bien celui des pâtes au gruyère !

Même constat qu’avec le gruyère, il faut laisser tremper la casserole après avoir fait ses pâtes, car le gruyère végétal Daiya reste collé au fond de la casserole ! Un léger inconvénient qui se transforme très rapidement en un véritable plaisir tant j’ai attendu ce moment ! – Près de 10 ans ! –

Mais je ne vous fais pas languir plus longtemps… Place à la recette !

Les indétrônables « pâtes au grugru » !

Temps de préparation : 15 minutes


Ingrédients pour 1 personne :



Préparation :

  1. Plonger les pâtes dans une casserole d’eau salée bouillonnante, puis les laisser cuire à feu moyen jusqu’à ce qu’elles deviennent al dente (7 à 8 minutes pas plus !). Goûter les pâtes une minute avant la fin de la cuisson afin de vérifier qu’elles soient bien fermes sous la dent !
  2. Verser les pâtes dans une passoire, puis les égoutter.
  3. Ajouter l’huile de coco dans la casserole, puis la laisser fondre lentement à feu doux afin qu’elle ne brunisse pas. Faire des gestes circulaires afin qu’elle remplisse tout le fond de la casserole.
  4. Ajouter les pâtes cuites, bien mélanger à l’aide d’une fourchette ou d’une cuillère en bois, puis incorporer progressivement le Mozzarella Style Shreds, tout en continuant à faire des gestes circulaires. – Attention de ne pas mettre tout en une seule fois afin d’éviter l’effet de « boule de fromage » ! Il faut que le gruyère végétal s’imprègne de toutes les pâtes ! –
  5. Une fois le Mozzarella Style Shreds fondu et que de jolis fils se forment au contact des pâtes, enrobant la fourchette de « fromage » fondu; verser les pâtes dans une assiette. Saler.
  6. Savourer vos pâtes en faisant des fils avec votre fourchette !

Vous aimerez peut-être :

10 réponses à to “Les indétrônables « pâtes au grugru » !”

  • Lilishalala:

    Histoire très émouvante et tellement bien écrite!! Je me devais de laisser un commentaire. Hé bien moi qui ne suis pas fan des « pâtes au grugru » car j’ai toujours détesté le côté écoeurant du gruyère, ton histoire m’a donné envie d’essayer cette recette… Peut-être auras-tu fait de moi une convertie au grugru?? lol :) )

    => Merci beaucoup pour le compliment ! Par contre, cet article n’avait pas vocation à inciter les lecteurs à acheter du gruyère râpé… Je voulais simplement redonner de l’espoir aux vegans qui, comme moi, recherchaient un fromage végétal qui faisait des fils !

  • Flo:

    Ca a l’air délicieux ce plat!!!

  • Val:

    Hummm…. ton plat me donne envie mais impossible de commander ce genre de produits :’(

    => Je le sais bien Val… Pour te consoler, le Gentle Gourmet Café propose le Daiya Cheese sur ses pizzas à partir de ce dimanche. Par contre, je ne pense pas qu’ils pourront en vendre au detail…

  • j’ai été élevée aux fruits et légumes …..jamais de pâtes chez mes parents ( quand on connait mon nom c’est une insulte aux ancêtres .) Depuis je me rattrape …..mais le faux mage, dans mon coin c’est introuvable….tu as de la veine d’être sur le  » bon » continent…Ils vendent ça à quel prix par chez toi, qu’on puisse comparer avec nos boutiques en ligne??

    => Je te rassure Eve, je ne mangeais pas que des pâtes, mais également des fruits et légumes ! Heureusement, ma mère était là pour rééquilibrer tout cela le matin, le midi et au goûter !

    Le paquet est vendu entre $4 et $5 à Wholefoods.

  • En cliquant sur le lien des pâtes au grugru, je m’attendais à un plat de nouilles coréennes ;) . Contente de voir que tu as retrouvé un goût de ton enfance !

    => Ah ben non ! Les pâtes au grugru, c’est sacré ! Point de coréen dedans ! :D

  • Ade:

    Quel joli article ! J’ai beaucoup aimé le lire.

    Dans le genre fromage vegan qui fait des fils il y a la marque Teese qui se trouve facilement dans la boutique parisienne et en ligne d’Un Monde Vegan. Je n’ai pas essayé, mais il paraît qu’ils sont très bien. (Ils contiennent de l’huile de palme malheureusement).

    J’utilise moi aussi l’huile de coco en remplacement du beurre dans mes recettes sucrées, mais qu’est-ce que ça donne en version salée ? Est-ce qu’on sent un peu la coco ?

    Bonne journée !

    => Merci pour ton gentil commentaire Ade ! En version salée, on ne sent absolument pas le goût de la noix de coco puisqu’elle est mélangée à d’autres saveurs salées. Quant à la marque Teese, je ne l’ai jamais testée, mais je l’essaierai dès mon retour en France.

  • Ha ha ! J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ton histoire des pâtes au grugru… et je me suis rappelée, moi aussi, combien j’adorais mes torsades au gruyère du mercredi midi… cela fait tant de temps !
    J’adore le Vegusto et j’ai découvert leur gamme de fausse mozza à étaler sur la pizza avec plaisir, mais effectivement, où sont les fils ?
    Il ne me reste plus que deux choix possibles : soit je déménage aux USA, soit je teste Teese… encore faut-il que j’en trouve ici en Allemagne !
    En attendant, il ne me reste plus qu’à me pourlécher les babines devant tes pâtes au grugru… qui m’ont l’air tout simplement divines ;-)

    => Contente que mon histoire plaise autant ! Je pense que tout vegan voudrait déménager pour les Etats-Unis rien que pour la panoplie de produits et restaurants vegan proposés. La marque Daiya sera sans doute commercialisée en France si nous nous y mettons tous pour qu’elle soit importée !

  • christel:

    Bonjour,
    J’ai bien aimé tes souvenirs d’enfance, très touchant mais je n’aime vraiment pas le faux mage.

    => Ah ! Ah ! Merci ! Il en faut pour tous les goûts, bien évidemment !

  • Très bon post…Bravo

  • Bonjour!
    Elle me plaît beaucoup cette recette! Je l’ai intégrée dans mes menus de la semaine (mardi midi), en ligne sur mon blog, avec un lien direct ici pour ta recette!
    Je reviendrai me promener par ici!
    Merci & bonne semaine!

Laisser un commentaire