Gyūdon végétarien

Le riz a une très grande signification au Japon. Il symbolise l’espoir, l’amour, la naissance, la vie mais également le deuil, le mauvais sort et la famine. Autant d’us et coutumes qui en font l’emblème de l’art culinaire nippone.

Comment différencier le riz japonais des autres variétés de riz ? Rien de plus facile ! C’est un riz rond blanc dont les grains se collent entre eux, facilitant leur manipulation avec les baguettes. A ne pas confondre avec le riz gluant ou glutineux qui est utilisé dans la cuisine traditionnelle chinoise. Le riz japonais importé en France étant extrêmement cher et très peu écologique, mieux vaut se diriger vers un riz beaucoup moins lointain et qui fera tout autant des merveilles ! Le riz rond blanc de Camargue remplit tout à fait ce rôle et vous permettra de ne pas vous ruiner tout en vous apportant la même texture qu’un riz japonais.

Mais il ne suffit pas de le reconnaître pour en faire du véritable riz japonais. Encore faut-il savoir le préparer ! Et en terme de préparation, je ne pourrais que vivement vous conseiller de ne pas vous laisser aller à la facilité. Car même si chaque famille japonaise a son propre cuiseur à riz, il faut savoir qu’ils en consomment dans des quantités beaucoup plus importantes que nous occidentaux. Autant donc savoir le préparer de façon manuelle avant d’investir dans un appareil électroménager qui ne vous servira que de temps en temps. Que donc utiliser ? Le plus pratique reste la cocotte, qui permettra de réussir à coup sûr son riz !

Au-delà des très célèbres makis et sushis qui font la renommé de très nombreux traiteurs japonais aux quatre coins de l’Hexagone, la cuisine japonaise regorge de spécialités à base de riz qui méritent d’être mieux connues par les papilles occidentales. Le gyūdon est par excellence l’un des plats les plus populaires au Japon. Mais loin de convenir aux papilles végétariennes, j’ai voulu en faire une version adaptée et tout aussi succulente à base de seitan.

Délicieusement mijoté avec des lamelles d’oignon et des rondelles de gingembre, le seitan prend un arôme tout aussi surprenant en bouche que visuellement. Déposé sur le gohan (riz cuit), il parfume le riz de tous ses arômes lui donnant une note exquise à la dégustation. Un met qui devrait être beaucoup plus mis à l’honneur sur nos tables pour faire voyager nos papilles au pays du soleil levant !

Gyūdon végétarien

Ingrédients pour 3-4 personnes :

  • 300 g de seitan
  • 1/2 oignon
  • 6 rondelles de gingembre frais
  • 200 ml de bouillon de miso (Danival)
  • 10 ml de sirop d’agave
  • 30 ml de shoyu
  • 15 ml de mirin
  • 150 g de riz rond blanc de Camargue

Ustensiles :

  • Une cocotte
  • Un wok
  • 4 bols de riz japonais

Préparation :

Pour le gohan :

Verser le riz dans une cocotte. Le laver une première fois puis rincer. Masser le riz du paume de la main pendant plusieurs minutes en le ramenant vers le centre de la cocotte. Recommencer l’opération deux à trois fois jusqu’à ce que l’eau du riz devienne transparente. Rincer, puis ajouter 175 ml d’eau, soit un volume et demi par rapport au poids du riz. Laisser reposer une trentaine de minutes.

Mettre la cocotte sur le feu, puis porter à ébullition. Lorsque l’eau commence à frémir, mettre sur feu moyen et couvrir. Laisser cuire dix à quinze minutes le temps que le riz absorbe entièrement l’eau. Lorsque le riz commence à crépiter, mettre sur feu vif pendant dix secondes et éteindre. Laisser reposer pendant dix minutes à couvert.

Le temps de pause écoulé, ôter le couvercle et mélanger le riz de façon à ce que les grains collent bien entre eux. Déposer un torchon propre avant de remettre le couvercle par dessus le temps de servir.

Pour le mijoté de seitan :

Découper le seitan en fines tranches, l’oignon en lamelles et le gingembre en rondelles.

Verser 200 ml d’eau dans un wok, puis mettre à feu vif. Ajouter le cube de miso, puis mélanger jusqu’à ce qu’il soit entièrement dissout. Lorsque le bouillon est bien chaud, ajouter le sirop d’agave, le Shoyu et le mirin. Ajouter le seitan coupé en tranches, les lamelles d’oignon, les rondelles de gingembre, puis mélanger. Couvrir et laisser mijoter à feu moyen une quinzaine de minutes.

Ôter du feu et réserver.

Avant de servir :

Disposer une portion de riz dans chaque bol, puis déposer par dessus quelques lamelles de seitan mijoté, d’oignon et de gingembre à l’aide d’une spatule. Servir chaud avec quelques légumes sautés et une soupe miso en accompagnement.

Itadakimasu !

14 réponses à to “Gyūdon végétarien”

  • Ahhh quelle surprise, quelle jolie recette!
    Merci pour tous ces conseils sur le riz, de mon côté, j’ai un cuiseur à riz, j’ai vécu en Indonésie, depuis le riz à pris une certaine place dans ma vie haha! En tout cas, beau retour en fanfare, bravo!

    => Merci beaucoup Mlle Pigut ! Je suis également contente de revenir parmi vous vous faire partager de nouvelles recettes !

  • Françoise:

    Oui, ça a l’air succulent !!! Je vais essayer de faire cuire du riz de cette façon, je ne suis pas une pro. Et pour le seitan, peux-tu dire si c’est du « maison » ou du commerce, et quelle marque ?
    Ravie de te retrouver, vraiment !!

    => Le seitan présenté ici est fait maison. Je suggère de faire de même car ceux proposés en magasin bio sont d’ores et déjà marinés.

  • Mmh, cette recette me met l’eau à la bouche ! Et les photos sont superbes !!

    => Merci Sandrine ! Tu sais ce qu’il te reste à faire ;)

  • j’ai un cuiseur à riz ( qui sert pour le quinoa, les lentilles , les pommes de terre, l’orge,……..)
    mais j’ai « un peu » de place pour le mettre.
    heureuse de te voir repartie en cuisine!
    ( et en version Japon )

    => Je suis également contente de te lire Eve !

  • Alex (de mon yacht):

    Mille fois mieux que le riz pilaf. … Mais un peu plus compliqué !
    super recette très tentante que je vais essayer. Dès mon retour dans la ville la plus polluée de France. Merci Julie !

    => J’ai hâte de connaître ton retour Alex et bonnes fins de vacances !

  • Mona:

    Huuuuum ! Ca me fait très très envie, je crois que je vais faire cette recette aujourd’hui !
    Je fais moi aussi partie du gang des propriétaires de rice cooker. On me l’a offert et pas une semaine ne se passe sans qu’il sorte son nez du placard ! (et puis c’est très pratique quand on a des invités car il garde le riz chaud pendant l’apéritif !!)
    …Contente de te revoir par ici en tout cas. J’espère que ce bon petit plat réconfortant va te permettre d’aller mieux.

  • ça fait plaisir de voir du nouveau ici. Il y a dans ce joli petit plat plusieurs ingrédients que je ne connais pas, mais le riz de camargue, ça je connais bien, c’est celui que j’achète en priorité. Je l’adore ! Très bonne semaine à toi.

    Carole.

  • Clem:

    J’adore ça le riz japonais, et ce que je préfère c’est m’en faire un bon bol et disposer dessus des lamelles de saumon cru et de gingembre et un trait de tamari. Mais avec du seitan ça doit être super bon aussi!

  • Superbe recette j’adore tout ces ingrédients !!!! bises et bonne fin de soirée !!!!!

    Poucinette !!!!

  • Moi aussi j’ai investi dans un rice cooker, plutôt pour faire plaisir au chéri en fait, mais on s’en sert pas mal, je ne regrette pas mon achat ^^

    Ta recette a l’air super miam ! Et elle me rappelle en même temps qu’il faut que j’essaie à nouveau de faire du seitan maison !

    Et moi aussi je suis ravie de te retrouver par ici !!

  • hanna:

    Quelle belle surprise! vraiment contente de ton retour!
    merci pour toutes ces belles explications et cette recette a l’air génial!

  • Bon, ben moi je fait partit des rares sans rice cooker on dirait, alors chouette, je vais pouvoir essayé ta technique qui ne me paraît pas si laborieuse, un de ces jours :-D

  • Heureuse de voir que tu as repris du service. J’ai savouré avec beaucoup de plaisir cet article sur le riz japonais, je ne le connais pas mais ton plat me donne envie de tester tout ça et le seitan que je ne connais toujours pas.

  • Arigato !
    Je vais tester ça m’a l’air bien bon…

Laisser un commentaire